fr | en | sp | de

Tambours sur la digue

Sous forme de pièce ancienne pour marionnettes jouée par des acteurs

1999

De Hélène Cixous, mise en scène d’Ariane Mnouchkine, musique de Jean-Jacques Lemêtre, décor de Guy-Claude François, Ysabel de Maisonneuve et Didier Martin, costumes de Nathalie Thomas et Marie-Hélène Bouvet.

Création le 11 septembre 1999 à la Cartoucherie.

Tournée 2000 : Bâle (Kaserne Basel), Anvers (DeSingel).
Tournée 2001 : Lyon (Célestins – Théâtre de Lyon), Montréal (Festival de Théâtre des Amériques), Tokyo (New National Theater), Séoul (National Theater of Korea).
Tournée 2002 : Sydney (Festival de Sydney).

150 000 spectateurs.

En 2001, le Théâtre du Soleil tourne un film à partir de la pièce Tambours sur la digue, à la Cartoucherie.


Des documents à voir ou à écouter

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle laurent

© Michèle laurent

© Michèle laurent

© Michèle laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

© Michèle Laurent

Veuillez nous suivre..

 

...il y a mille ans peut-être ou bien avant-hier, dans les états prospères du Seigneur Khang, en cette année où éclate soudain la menace d'une inondation extraordinaire.

Des inondations, nous en subissons si souvent dans ce pays. Mais une catastophe aussi grande que celle qui se prépare, on n'en a jamais vu. Il faut remonter mille ans en arrière dans les chroniques pour retrouver un événement aussi terrible.

La sombre nouvelle se répand. Des beaux murs du Palais du Seigneur jusqu'aux fameuses portes de la Ville, des fermes et des villages jusqu'aux Monts, voici le monde qui s'éveille lentement aux images du danger. Chacun s'alarme à sa mesure.

Les Digues deviennent tout naturellement le point de mire des soucis et des calculs. Ah les Digues ! Pourvu qu'elles tiennent, pensons-nous. Mais voici que se fait jour une pensée bien cruelle : ces Digues, il faut peut-être au contraire qu'elles cèdent.

L’auteur soufflé

Si tu écrivais une pièce qui aurait été écrite par le poète Hsi-Xhou, une pièce ancienne, qui fut jouée autrefois tantôt par des marionnettes, tantôt par des acteurs qui tantôt étaient des femmes jouant tous les rôles, tantôt étaient des hommes jouant tous les rôles, selon que la pièce était représentée dans tel royaume sous telle loi et tel interdit ?"
Voilà ce que le metteur en scène dit un jour à l’auteur.
Alors l’auteur se mit à écrire la pièce qui avait été écrite par son antique prédécesseur et maître le poète Hsi-Xhou. Le jour, pendant l’année 1998, l’auteur étudiait les textes anciens tels qu’ils nous ont été rapportés en remontant la route de la Soie et de la Scène depuis le Japon, la Chine, la Corée, l’Inde, avec bijoux, pâtes de verre, instruments de musique, bannières, pinceaux, estampes. 

Rapportés, déposés dans des volumes érudits, illustrés et enseignés. La nuit, arrivait le maître marionnettiste Hsi-Xhou et il mettait en branle l’imagination de l’auteur-marionnette, en tirant sur tous les fils.
Si jamais il y eut texte dicté et auteur soufflé ce fut bien en ce cas. Ceci est donc une pièce transmise comme jamais encore.

Hélène CIXOUS 

"Le Théâtre surpris par les Marionnettes" (extrait)

À lire

Dans notre librairie