fr | en | sp | de

Les Clowns

1969

Création collective du Théâtre du Soleil, en collaboration avec le Théâtre de la Commune d'Aubervilliers, mise en scène d'Ariane Mnouchkine, musique de Teddy Lasry, décor de Roberto Moscoso, costumes de Christiane Candries.

Création le 25 avril 1969 au Théâtre de la Commune d'Aubervilliers, en tournée au Festival d'Avignon et au Piccolo Teatro de Milan.

26 janvier 1970 : reprise à l'Élysée Montmartre.

40 000 spectateurs.

Des documents à voir ou à écouter

© Martine Franck / Magnum Photos

© Martine Franck / Magnum Photos

© Martine Franck / Magnum Photos

© Martine Franck / Magnum Photos

© Martine Franck / Magnum Photosne Franck / Magnum Photos

© Martine Franck / Magnum Photosne Franck / Magnum Photos

© Martine Franck / Magnum Photos

© Martine Franck / Magnum Photos

© Martine Franck / Magnum Photos

© Martine Franck / Magnum Photos

© Martine Franck / Magnum Photos

© Martine Franck / Magnum Photos

© Martine Franck / Magnum Photos

© Martine Franck / Magnum Photos

À propos

Pendant les représentations de La Cuisine et du Songe d'une nuit d'été au Cirque Montmartre, le Théâtre du Soleil poursuivait un entrainement régulier destiné, d'une part, à donner aux comédiens l'occasion de parfaire leur métier.

Au cours de ces exercices, les comédiens faisaient connaisance avec la comédia dell'arte, l'improvisation et diverses autres formes d'expression dramatique dont Les Clowns. Ceux-ci nous apparurent vite  comme une forme privilégiée grâce à leur rythme, leur force, leur dimension, leur simplicité, leurs signes, etc... et peu à peu, l'envie nous vint de passer de l'excercie au spectacle en confrontant les clowns avec les situations le splus évidentes de la vie d'un homme. Ce faisant, nous avons découvert des personnages immédiatement perceptibles, compréhensible, loin de toute caricature et de toute dérision.

Les comédiens travaillent ce spectacle comme les clowns travaillent leurs entrées, c'est-à-dire, par improvisations successives qui s'enrichissent et finissent par se stabiliser et se fixer.

Cette démarche ne prétend pas à l'originalité, elle ne fait après tout que reprendre une méthode fondamentale du spectcale populaire, un spectacle qui ne vise ni au monumental, ni à la postérité. Un art peut-être éphémère mais qui, nous l'espérons, a le mérite d'être clair immédiatement au niveau du contenu et, jusqu'à présent, rien ne nous paraît plus clair en ces domaines que le RIRE.

 

Extrait du programme du spectacle

 

Qu'est-ce qu'un clown aujourd'hui ?

C'est un homme qu'on déracine, qu'on accoutre et qui rendu inadéquat devient un rustre, un grossier, un comique, un grotesque, un déguisé, un pitre, un paillasse, un bouffon, un gugusse. Imaginons des clowns en pagaille qui décident de jouer à « si on était » ou à « je voudrais être ». Les thèmes abordés sont très proches alors des jeux de l'enfance. Ils se mettent vite à jouer aux gendarmes et aux voleurs, à papa - maman, à l'île déserte, à l'école, à la messe, au mariage, à la vie en somme.

Tout est pris au pied de la lettre, les gestes, les sentiments, les situations, les mots. Nous espérons, par cette démarche, aboutir à une forme simple, dynamique, forte qui soit un véhicule pour la pensée d'un auteur ou d'un groupe d'auteurs, comme c'est ici le cas.

 

 Extrait du programme du spectacle

Interview d'Ariane Mnouchkine

À lire