fr | en | sp | de

Molière

ou la vie d'un honnête homme

1978

Film écrit et mis en scène par Ariane Mnouchkine avec le Théâtre du Soleil. Décors de Guy-Claude François, costumes de Daniel Ogier, photographie de Bernard Zitzermann, musique originale de René Clémencic.

Avec Philippe Caubère, Joséphine Derenne, Brigitte Catillon, Claude Merlin, Jean-Claude Bourbault, Françoise Jamet, Françoise Audollent, Louba Guertchikoff, Serge Coursan, Daïna Lavarenne, Lucia Bensasson, Nicole Félix, Rémy Charpentier, Norbert Journo, Clémence Massart, Jonathan Sutton, Armand Delcampe, Odile Cointepas, Jean Dasté, Jean-Claude Penchenat, Roger Planchon.

© Michèle Laurent
© michèle Laurent
© Michèle Laurent
© Michèle Laurent
© Michèle Laurent
© Michèle Laurent
© Michèle Laurent
© Michèle Laurent
© Michèle Laurent
© Michèle laurent
© michèle Laurent
© Michèle Laurent
© Michèle Laurent
© Michèle Laurent
© Michèle Laurent

Synopsis

Ce film raconte l'histoire de Molière. Comment un petit garçon né en 1622 d'un père tapissier et d'une tendre mère qu'il perdra trop tôt, deviendra-t-il cet acteur prodigieux, cet auteur universel que nous connaissons tous si bien et si mal ? C'est ce que nous allons découvrir tout au long de ce film.
Nous allons le suivre de son enfance à sa mort dans cette France du XVIIème siècle, sauvage et raffinée. Nous allons découvrir ses compagnons de route de joie, de misère et de gloire, ses premières tentatives théâtrales, ses échecs, ses succès, ses combats et ses lâchetés. Nous allons vivre avec la troupe de 

Molière, assister au déroulement d'une épopée familière et grandiose où se heurtent dévots et libertins, paysans affamés et courtisans emperruqués. C'est la vie d'un honnête homme qui mène jusqu'à l'épuisement une lutte incessante pour exercer son art en ce siècle de répression et d'hypocrisie violentes. Epoque cruelle qui n'en est pas moins celle des fêtes et carnavals populaires, royaume des bateleurs et bonimenteurs qui fascinent le jeune Jean-Baptiste, futur organisateur des fastueuses fêtes baroques de Versailles.

Portrait de Molière par Ariane Mnouchkine

Théâtre du Soleil · Le cinéma des cinéastes - Ariane Mnouchkine pour son film "Molière" (1ère diffusion : 01/10/1978)
Théâtre du Soleil · Entretien avec Ariane Mnouchkine | Le Cinéma des cinéastes (1978)

Entretien avec Ariane Mnouchkine par Claude-Jean Philippe au Cinéma des cinéastes en 1978.

L'enfant du théâtre forain

Molière a tout appris dans la rue, dans la cité. Il s'est nourri de théâtre populaire, de l'art des bateleurs, des forains et des vendeurs de poudre de perlimpinpin. C'est au contact de cette culture de caractère antique, inscrite dans les corps, dans les forces et dans la vie, que Jean-Baptiste Poquelin est devenu Molière, beaucoup plus que la fréquentation de l'Université. Cette thèse est probablement discutable. le film Molière a d'ailleurs déplu à certains commentateurs pour cette raison précise. Parce que ce n'est pas le génie qui m'interessait, mais l'homme dans son siècle, l'acteur, qui par la joie du théâtre, se met à écrire du théâtre, et devient le témoin privilégié de ce XVIIIème siècle sauvage et raffiné ; ce que voit l'enfant Molière dans les rues de Paris détermine aussi le destin du plus grand homme de théâtre français. 

L'homme de cour 

Deux époques se distinguent vraiment dans la vie de Molière : celle de l'enfance, du départ de Paris, du voyage dans le royaume de France, les années d'apprentissage, et celle de la reconnaissance de l'artiste et de ses rapports avec la Cour. Molière est-il vraiment devenu un homme de la Cour ? Il a dû effectivement en passer par la cour pour que sa troupe vive et survive, mais cela n'a jamais fait de lui un courtisan. On ne peut pas jeter aujourd'hui sur ce siècle et sur les rappports de Molière avec le Roi un regard anachronique, un jugement d'aujourd'hui. Même s'il n'est pas 

 

 

question d'accepter ce qu'une époque recèle d'inacceptable, quand on réalise un film d'époque tel que Molière, un jugement du XXème siècle sur le XVIIème siècle est absurde. On sait d'ailleurs qu'au XVIIème siècle, des écrivains, des scientifiques, des philosophes, comme Descartes, ou des artistes s'insurgeaient contre l'intolérable de leur temps, Molière en tête !

L'homme de combat

Et Molière prend des coups, il dit des choses que la Cour ne veut pas entendre, ou que le Roi ne peut pas politiquement admettre. Je n'avais pas mesuré le courage qu'il fallait pour écrire et monter Tartuffe. Je n'ai mesuré qu'une parcelle de ce courage, en montant la pièce, quand des gens sont venus nous prévenir que l'on pouvait avoir des ennuis avec ce spectacle... Vous imaginez alors combien les acteurs, à l'époque, ont dû trembler ! Molière est dans l'oeil du cyclone, mais il continue à taper à bras raccourcis sur les travers de son époque, et de cette Cour fastueuse et hypocrite, qui devient son lieu de travail, son territoire d'enquête et d'inspiration. Il sait, quand il joue ses propres pièces, qu'il va rencontrer dans l'assistance les personnes dont il vient de se moquer ou dont il a révélé le danger qu'ils représentent. On peut lui faire la peau tous les soirs. Et quand le Roi passe, il plie l'échine, comme tout le monde, car il a les moeurs de son temps, mais son outil, l'écriture, reste acérée et subversive. Son courage extrême fait de lui le saint-patron des gens de théâtre. Molière ne peut pas se payer les provocations enfantines que nous pouvons nous permettre aujourd'hui. Lui, il risque à chaque instant la prison, la ruine, la déchéance. mais il continue, il écope de tout, parfois même il se trompe d'amis, et Lully le trahit. Molière ne veut que les moyens de faire ce qu'il a à faire. Il veut nourrir sa troupe. Il aime la gloire, mais sa seule ambition est d'être "un éclairant". Il sait que le théâtre doit faire de la subversion, de la pédagogie, de l'enquête et des révélations. 

 

Extrait des propos recueillis par Pierre Notte pour la revue Théâtres à l'occasion de la sortie DVD du film en 2004.  Lire le portrait integral.

 

"Je voulais faire un film populaire"

Ariane Mnouchkine pendant le tournage du film (1977) © Michèle Laurent

" je ne voulais pas faire œuvre culturelle ou d'érudition ou scolaire - évidemment pas. Je voulais faire un grand film populaire ou on raconte une histoire que je trouve non seulement interessante mais que je trouve primordiale, mais de la façon la plus accessible possible et en trouvant, pour acceder à l'intelligence des spectateurs, tous les canaux que le spectacle peut me, peut nous donner, c'est-à-dire, le plaisir des yeux, le plaisir des oreilles, les larmes, le rire, tout ce qui est le spectacle, enfin tout ce qui est le spectacle pour moi, je parle en mon nom."

 

Ariane Mnouchkine à propos de Molière dans l'émission Ciné regards, 31 mai 1978.

Ariane Mnouchkine pendant le tournage de Molière dans le Journal du 20h du 17 avril 1977.

"Un film épique"

"Le projet c'était de faire un film à la fois poétique et réaliste, autrement dit un film épique, c'est-à-dire un film qui tentait vraiment de donner une idée concrète et vraie de ce que pouvait être cette époque, de ce que pouvait être ce personnage de Molière dans cette époque, et en même temps de ne pas se gâcher le plaisir."

Philippe Caubère au Journal de 20h du 28 août 1978.

"Molière, ce n'est pas du tout un Dieu, c'est un homme"

 Ariane Mnouchkine et Joséphine Derenne (Armande Béjart) sur le tournage du film (1977) © Michèle Laurent

1998Deuxième épisode de la série À voix nue sur France Culture avec Ariane Mnouchkine qui confie toujours douter dans son travail, mais fait preuve d'un grand enthousiasme pour le théâtre populaire et rend hommage à Molière.

À lire

À REGARDER

Téléchargements

Pour aller plus loin

Dans notre librairie