fr | en | sp | de

La Nuit des Odyssées

Trivandrum-Udaipur

Le 17 décembre 2019

Conception, violoncelle : Sonia Wieder-Atherton

Avec les voix de Akhil J Chand, John Antony, Kartikeya Vashisht, Tritha Sinha, Anita Sriraman, Mitushi Khurana, Gurudwara Guru Nanak Darbar, Pandita Prabha Marathe, Bharat Jangam, Rashmi Pandkar.

Création sonore : Alain Français | Lumière: Jean Kalman | Images : Chantal Akerman, RBG, Quentin Balpe, Xavier Arias | Vidéo, lumière : Quentin Balpe | Conception de la bande sonore : Sonia Wieder-Atherton, Franck Rossi, Alain Français | Prise de son : Franck Rossi, Pierre-Antoine Signoret, Julie Grisel, Marius Atherton | Production : Walterflms, compagnie A.SWA avec le soutien du Fonds de dotation Les Partageurs.

Infos

Représentations

Deux concerts exceptionnels
mardi 17 décembre à 19h et à 21h

Durée du spectacle

1h environ

Prix des places

24 € | 18 €

Location

01 43 74 24 08, tous les jours de 11h à 18h

Des documents à voir ou à écouter

À propos

La Nuit Odyssées ce sont des voyages.
Des voyages qui traversent les mêmes treize aventures.
Mais leur histoire n’est pas la même.

Les voix sont autres,
Les tragédies sont autres,
Les désirs sont autres.

Tout commence aux origines du son.
Vous entrez dans un grand espace.
Un tabouret et un pupitre sont posés.
Vous êtes immergé par les sons qui emplissent l’espace.
Des sons de mer, de vent, des voix qui bercent,
le sanglot d’un homme, des cris des foules derrière les montagnes.

Vous traversez des espaces ; les aventures des Odyssées se répondent, se mêlent.
Des images qui se devinent plus qu’elles ne s’imposent, s'étirent dans l'espace.
Et puis,

Des récits, des histoires.
Avec mon violoncelle, encerclée par la mer, je parle, je crie je chuchote.

À la terre, aux murmures des foules, au souffe, aux vagues, à la tempête, au chaos.

Je me confronte à une bande son : aux sirènes des bateaux, aux grillons dans la brûlure du soleil... dans un temps onirique en treize aventures construites autour des musiques de Bach, Bellini, Prokofev, Krawzyck, Aperghis, Schumann et aussi de chants populaires berbères, égyptiens et syriens.

Aujourd’hui je voudrais que l’Odyssée aille à la rencontre de milliers d’Odyssées.

Je voudrais qu’elle rassemble des paroles dispersées.

Je voudrais que des évènements cachés quelque part dans la mémoire, des rêves éveillés ou endormis, des sensations ou des émotions soient dits et que ces paroles soient protégées et hébergées par l’Odyssée.

Sonia Wieder-Atherton

Trivandrum-Udaïpur

En Inde, il y a eu tant de rencontres. Il y a eu Akhil J Chand. À Trivandrum. Je le vois encore assis en face de moi, les yeux fermés dans une écoute toute intérieure. J’ai l’impression que le fil que nous tirions, l’un et l’autre ne s’est depuis ce jour jamais interrompu. Sa voix, sœur du violoncelle, ses mélopées, sa main qui accompagne chacune de ses inflexions, ses silences aussi, m’ont accompagnée aussi bien dans les longs récits d’origine égyptienne de l’Odyssée que dans une sarabande de Bach.

Et puis, il y a John Anthony, qui a arpenté toutes les scènes du monde du rock métal à d'autre formes intimistes de musique.
Cet homme qui sait poser ses notes comme des gouttes de pluie dans une rareté qui m’a tant appris. Car ce n’est pas ce qu’il joue habituellement, bien au contraire. Mais là, m’écoutant jouer, et comme pour me répondre, il m’a ouvert ce jardin-là.
Il m'a dit, c'est comme si je savais que ce jour là allait arriver.