fr | en | sp | de

Légendes de la forêt viennoise

Pièce populaire en trois parties de Ödön von Horváth

du 13 janvier au 05 février 2012

(Reprise)

Par la troupe du TAF Théâtre

Mise en scène Alexandre Zloto, assisté de Pauline Chazeau

Avec Charlotte Andres, Julie Autissier, Ariane Bégoin, Franck Chevallay, Maria Furnari, Dan Kostenbaum, Florent Oullié, François Pérache, Yann Policar, Honorine Sajan, Pierre Emmanuel Vos, Sabine Zovighian

Chorégraphie Marie Barbottin | Scénographie Jean-Marc Alby retravaillée par François Bancilhon | Costumes Anaïs Heuraux et Cécile Shoumilof | Lumières Ruddy Fritsch

 

Infos

Prix des places

Tarif plein : 20 € | Tarif réduit : 12 € | Tarif collectivités : 10 €

Location

du mardi au samedi à 20h, le dimanche à 15h

Des documents à voir ou à écouter

Teaser © TAF Théâtre

© Andreina Mujica & Kristina Skorikova

© Andreina Mujica & Kristina Skorikova

© Andreina Mujica & Kristina Skorikova

© Andreina Mujica & Kristina Skorikova

© Andreina Mujica & Kristina Skorikova

© Andreina Mujica & Kristina Skorikova

© Andreina Mujica & Kristina Skorikova

© Andreina Mujica & Kristina Skorikova

À propos

Rien ne donne autant le sentiment de l'infini que la bêtise. Ödön von Horváth

Dans les années 20, dans une rue commerçante de Vienne, en pleine récession économique.
Tout le quartier est au courant : Marianne, la fille du marchand de jouets, épousera Oscar, le boucher.
Mais Marianne attend autre chose de la vie que cette existence terne qu'on lui prépare, et elle croira pouvoir y échapper en quittant tout pour suivre Alfred, le mauvais garçon.

 

Dramaturge de langue allemande né en 1901, Horváth a, pour beaucoup, réinventé le théâtre populaire allemand. Pour Peter Handke, Horváth est "meilleur que Brecht", et il compare ses répliques à celles de Tchekhov ou de Shakespeare.

Avec ce mélodrame sans cesse contrebalancé par le comique des répliques et des situations, Horváth dénonce la bêtise la plus ordinaire. Légendes de la forêt viennoise est une pièce baroque et profonde qui valut à son auteur de recevoir le prix Kleist en 1930.

 

 

Téléchargements